Site UTBM

III ) Les principaux inconvénients

Alors que la 3D est en pleine expansion depuis les années 2000, certains points "noirs" subsistent et restent encore importants.

1) Effets indésirables

La 3D nous ferait-elle tourner la tête ? C’est en tout cas le reproche fait par certains chercheurs et utilisateurs. En effet, prenons l'exemple d'un chercheur américain qui a étudié 400 spectateurs sortant d’une salle de cinéma. Ceux qui avaient vu le film en 3D étaient trois fois plus nombreux à souffrir de maux de tête, de fatigue oculaire et de troubles de la vision.

Les causes peuvent être expliqués assez aisément et ce problème date depuis le commencement. Les douleurs visuelles liées à la 3D ont été diagnostiqués dès l’apparition de la technologie dans les années 1950. Lorsqu’on regarde un film en relief, les objets ou les personnages semblent parfois sortir de l’écran. Nos yeux font alors la mise au point à un endroit situé en dehors de l’écran… où il n’y a en fait rien à voir. Du coup, nos yeux corrigent l’erreur et refont le point sur l’écran. C’est ce va-et-vient permanent qui créerait fatigue oculaire et mal au crâne.

2) Si bien ?

Ajouté à ces effets secondaires indésirables, la 3D recèle d'autres soucis. En effet, la 3D était-elle si bien que la 2D ?

La question se pose souvent quand, au cinéma, on a le choix pour un même film entre les deux options. Les avis divergent, une part non négligeable des cinéphiles trouve que la 3D n'ajoute finalement rien de spectaculaire dans la plupart des films.

 

De plus, le port de lunettes et la gêne qu'ils occasionnent restent pour certains un inconvénient de taille. Et, il est vrai que le prix des places de cinéma 3D est, en moyenne, de 3€ supplémentaires. C'est pourquoi nombreux cinéma gardent deux salles pour un même film avec une projection 2D et l'autre 3D ; donc certains films ne sortent pas faute de salle. De plus, les cinémas comptant peu de salles se voient alors désavantagés et doivent faire un choix.