Site UTBM

3) Projection alternée dite active

Cette méthode est utilisée pour les téléviseurs 3D (que nous évoquerons prochainement) mais également dans les cinémas 3D. Ce procédé fait face à la projection polarisée. Les cinémas travaillent soit avec l'un soit avec l'autre. Mais, comment ça marche ?

Système d'obturation
Système d'obturation

Contrairement à la technologie « passive » où les deux images sont superposées à l'écran, la technologie « active » émet alternativement chaque image. Celles-ci sont diffusées à une fréquence minimale de 120Hz pour deux images (équivalent à 60Hz par image). Chaque image est émise tellement rapidement que vous avez l'impression de voir les deux images superposées lorsque vous contemplez l'écran. Or, chaque image est bel et bien émise séparément. Et ce sont les lunettes dites actives qui vont permettre de séparer les deux images, elles sont pourvues de cristaux liquides qui tournent selon le signal électrique. Ces dernières vont alors devenir opaques pour l'œil correspondant lorsqu'une image est émise (cf l'image), puis quelques millisecondes plus tard, alors que l'autre image est émise, les lunettes vont cacher l'autre œil. Ainsi les lunettes s'opacifient à la même fréquence que celle d'émission des images, alternativement. Votre œil gauche ne verra donc qu'un seul type d'image et inversement pour le droit. Encore une fois, la vitesse est tellement rapide que nous n'avons pas le temps de nous rendre compte que les lunettes nous ont caché la vision d'un œil. Cette technologie offre une vision confortable et offre un rendu plus réaliste que le procédé de polarisation.

Lunettes 3D XpanD
Lunettes 3D XpanD

Les lunettes font donc le travail pour nous, c'est pourquoi elles sont appelées lunettes actives (elles comportent également un minimum d'électronique d'où le poids non significatif des lunettes). Elles sont plus généralement appelées lunettes XpanD.

Ce procédé implique donc forcément un inconfort pour le spectateur qui ressent, selon la durée du film, le poids des lunettes. De plus, ces lunettes coûtant extremement cher au cinéma (pas moins de 100€ par paire) sont données et rendues avant et après le film. Ceci implique de nombreux préjudices tels que les vols, les pertes et les endommagements de ces lunettes.